Les idées fausses

Regardez et écoutez nos petits films qui vous parlent des idées fausses au sujet du tabac. Des images seront peut-être pour vous plus parlante que le texte ci-dessous.


La cigarette occasionnelle

Il est vrai que pour certaines personnes, l’envie de fumer est moins pressante que pour d’autres. Ceci s’explique par une particularité génétique qui entraîne une plus longue persistance de la nicotine dans le cerveau. Du coup, le besoin d’une autre cigarette ne se fait pas ressentir aussi rapidement.

D’autres fumeurs maintiennent leur consommation au minimum, pensant qu’une cigarette une fois de temps en temps n’est pas si mauvaise que ça.
D’une part, il faut savoir qu’il n’y a pas de quantité minimum qui serait sans risque pour la santé!
D’autre part, ces fumeurs occasionnels peuvent se faire piéger par la dépendance à la nicotine et insensiblement, leur consommation augmente.

Attention aussi si vous avez arrêté de fumer et que vous acceptez une cigarette que l’on vous propose. Les récepteurs à la nicotine dans les cellules du cerveau se réactivent et vous risquez la rechute, même après plusieurs années sans tabagisme.

Les remèdes miracles 

Soyez prudents avec les méthodes soit disant « miracle ».

Le mal est fait

Contrairement à ce que l’on pense souvent, il n’est jamais trop tard pour abandonner le tabac. Même si vous êtes fumeur depuis très longtemps, arrêter est toujours bénéfique et cela quelque soit votre état de santé.

Il est prouvé que le fait d’arrêter sa consommation de tabac empêche ou retarde l’aggravation de certaines maladies. Par exemple, l’emphysème pulmonaire se stabilise si l’on arrête de fumer et même dans les cas les plus graves comme le cancer du poumon, arrêter de fumer peut renforcer l’efficacité du traitement. 

Les cigarettes aux plantes

Aussi naturelles qu’elles puissent paraître, toutes les cigarettes aux plantes sont aussi cancérigènes que les cigarettes classiques.
Ne contenant ni tabac ni nicotine, elles semblent a priori inoffensives. C’est pour cela que les ex fumeurs y ont souvent recours pour se sevrer en douceur. Malheureusement, ce n’est pas le cas. La combustion à elle seule entraîne la formation de goudrons cancérigènes.
De plus, le monoxyde de carbone que dégagent ces cigarettes est toxique sur le plan cardiovasculaire. Ceci est d’autant plus grave que la plupart des fumeurs inhalent davantage de fumée pour compenser le manque de nicotine.