Les symptômes de sevrage

La nicotine crée une dépendance chimique.

Une heure seulement après avoir fumé, le taux de nicotine qui a diminué de moitié dans le sang, ne stimule plus certains neurones. Ceux-ci commencent donc à réagir, en créant un inconfort: se concentrer devient difficile, on devient irritable, nerveux… et une autre cigarette s’impose.

Ça y est, votre décision est prise et vous stoppez la cigarette. C’est là que votre corps peut vous rappeler à l’ordre: il est en manque.

Le syndrome de sevrage regroupe de nombreux symptômes qui peuvent être plus ou moins sévères:

  • humeur triste, voire dépressive
  • insomnie
  • irritabilité, frustration, colère
  • anxiété
  • difficultés de concentration
  • fébrilité
  • diminution du rythme cardiaque
  • augmentation de l’appétit
  • transpiration
  • maux de tête…

Ces troubles peuvent s’atténuer avec le temps, mais il suffit qu’ils réapparaissent pour céder à la tentation de s’en débarrasser avec une « simple » cigarette.

S’arrêter de fumer peut se comparer à un deuil: on perd une compagne de chaque instant et avec elle, le sommeil ou le moral. Chez certains, il s'agit d'une véritable « dépression réactionnelle » qui parfois doit être pris en charge. 

C’est pour cela qu’il n’est pas toujours facile d’arrêter la cigarette par ses propres moyens. Les substituts nicotiniques peuvent atténuer les symptômes de sevrage et d'autres types d'aide peuvent s’avérer nécessaires.

Les aides médicamenteuses et psychologiques

Faire face au manque