Diminution mondiale des infections respiratoires chez les enfants grâce à la lutte contre le tabagisme

  • La moitié des enfants dans le monde est exposée régulièrement à la fumée du tabac
  • Ces enfants sont plus susceptibles de souffrir d'infections respiratoires
  • La recherche montre que grâce à l'introduction d'une politique sans fumée, 20% d'enfants en moins souffrent de maladies respiratoires

Tabagisme passif : protégez vos enfants

La moitié des enfants dans le monde est exposée régulièrement à la fumée du tabac.

Jasper Been, chercheur et pédiatre à l'hôpital universitaire Erasmus de Rotterdam, constate que de nombreux enfants sont hospitalisés chaque année en raison d'infections respiratoires sévères. Le tabagisme passif chez les enfants est une cause fréquente d’infections respiratoires comme la bronchite, la pneumonie et les crises d'asthme sévères.

En outre, le tabagisme durant la grossesse augmente le risque de naissance prématurée et de faible poids à la naissance, avec des conséquences néfastes pour la santé à un âge ultérieur. 

La seule mesure qui protège les enfants contre le tabagisme passif est de créer un environnement 100% sans fumée.

Une recherche à grande échelle

Grâce à l'introduction de politiques sans fumée à travers le monde, près de 20% d'enfants en moins sont atteints de maladies respiratoires. Beaucoup moins d'enfants sont par ailleurs hospitalisés pour des crises d'asthme ou des affections des voies respiratoires. Enfin, le nombre de naissances prématurées a également diminué.

Ce sont les conclusions des chercheurs de l'hôpital universitaire Erasmus de Rotterdam et de l'Université d'Edimbourg, publiées dans la revue médicale The Lancet Public Health.

Les chercheurs ont combiné les résultats de 41 études menées en Amérique du Nord, en Europe et en Chine. Au total, ces études ont rassemblé des données sur environ 57 millions de naissances et 2,7 millions d’hospitalisation à travers le monde, aussi bien avant que après l'introduction de mesures visant à réduire le tabagisme.

Il existe donc des mesures dont l’efficacité est prouvée pour réduire les risques de santé chez le (futur) enfant. La mise en place de mesures telles que les environnements sans tabac ou l’augmentation des accises doit donc être poursuive et accélérée.

https://www.erasmusmc.nl/perskamer/archief/2017/6350171/