La varénicline efficace pour aider les fumeurs atteints d'une BPCO à arrêter

Ces fumeurs rencontrent pourtant beaucoup de difficultés à arrêter.

De nombreux fumeurs atteints de BPCO n’arrivent pas à arrêter

Le tabagisme est le plus important facteur de risque de la BPCO (Broncho-pneumopathie chronique obstructive). Si une personne est atteinte de cette maladie et continue malgré tout de fumer, la maladie va s’aggraver avec une perte accélérée de la fonction pulmonaire.

L'arrêt du tabac est la seule stratégie ayant clairement prouvé sa capacité à freiner la progression de la maladie. Pourtant, de nombreux patients atteints de BPCO (30 à 43%) n'arrivent toujours pas à arrêter de fumer. Le besoin est donc grand de traitements plus efficaces pour faciliter l'arrêt du tabagisme au sein de cette population.

La varénicline aussi efficace que sur d’autres populations

Des chercheurs américains de l’Université de Californie ont réalisé une étude chez des patients porteurs d'une BPCO légère à modérée. Les pays participants étaient les USA, l'Espagne, la France et l'Italie. Un groupe a reçu de la varénicline (1 mg 2x/j) pendant 12 semaines, tandis que l'autre groupe recevait un placebo. Les participants ont été suivis pendant 40 semaines.

Les résultats de l’étude montre que l'efficacité de la varénicline était comparable à ce qui a déjà été observé sur d’autres populations. Le score d'abstinence s'élevait à plus de 40% pour les semaines 9 à 12, plus de 25% pour les semaines 9 à 24, et plus de 18% pour les semaines 9 à 52.

Prolongement du traitement ?

Une rechute a souvent été observée à la fin du traitement pharmacologique. Les chercheurs pensent donc qu'il serait intéressant d'envisager le prolongement du traitement à 6 mois, même chez les fumeurs devenus abstinents après 3 mois.

Effects of Varenicline on Smoking Cessation in Patients With Mild to Moderate COPD: A Randomized Controlled Trial, Mediquality, 17/03/2015