Les gros fumeurs plus souvent en incapacité dès 40 ans

Trop souvent, quand on parle de tabac, on ne met en avant que le risque de décès prématuré chez le fumeur. Cependant, on oublie de souligner que de nombreux fumeurs souffrent d’une dégradation de leur santé et voient leur qualité de vie diminuer.

Selon une étude récente de l’Institut scientifique de Santé publique (ISP) menée sur 10 000 personnes âgées de 40 à 60 ans, les gros fumeurs ont 55% d’incapacités en plus que les non-fumeurs de la même tranche d’âge. Les chiffres pour les grosses fumeuses de 40 à 60 ans sont de 36% d’incapacités de plus que les non-fumeuses.
Quelles sont ces incapacités ? Il s’agit de six difficultés au niveau d’activités de la vie quotidienne : pouvoir entrer dans son lit et en sortir, s’asseoir sur une chaise et se relever, s’habiller et se déshabiller, se laver les mains et le visage, se nourrir, aller aux toilettes.

Ces incapacités sont liées à six maladies chroniques différentes relevées chez ces personnes : les maladies respiratoires chroniques comme l’asthme ou la bronchite chronique, le diabète, le cancer, la dépression, les maladies cardiovasculaires et les maladies du système musculo-squelettique, comme les douleurs lombaires, l’ostéoporose ou encore l’arthrite rhumatoïde.

L’arrêt du tabac est donc très important, non seulement pour prolonger la durée de vie, mais aussi pour que cette vie soit plus agréable.

ISP