"Ne vous trompez pas vous-même en pensant que l’alcool est bon pour la santé."

  • Les consommations d’alcool et de tabac sont très souvent liées
  • Les avantages de la consommation modérée d’alcool sont remis en question
  • Les études à ce sujet n’étaient pas fiables

Tabac et alcool ? De grands amis.

La consommation de tabac est souvent combinée à celle de l’alcool. Selon les études, les gros fumeurs boivent plus que les petits fumeurs et les gros consommateurs d'alcool fument plus que les petits buveurs.

Par ailleurs, quand un fumeur arrête de fumer, il a souvent tendance à compenser en augmentant sa consommation d’alcool. Il s’agit à la fois d’une compensation au niveau physiologique, et psychologique.

La consommation réduite bonne pour la santé ?

De nombreuses personnes se rassurent sur leur consommation d’alcool, en pensant que l’alcool a des effets positifs sur leur santé.

De nombreuses études, datant de 2006, ont entrainé la diffusion d’informations concernant ces soi-disant bénéfices de l’alcool consommé modérément : risques réduits pour les maladies cardiaques, pour les accidents cardio-vasculaires, pour le diabète. Et même une meilleure immunité contre les rhumes,…

Une nouvelle étude de l’Université de Victoria au Canada a révélé que les études précédentes surestimaient les avantages de l’alcool et sous-estimaient les risques. Ces chercheurs ont analysé et comparé les données de 87 études impliquant 4 millions de personnes, dont 367 000 décédées.

Résultats : 1 verre par jour pour les femmes, 2 pour les hommes : pas de bénéfices santé ! La consommation modérée d’alcool n’aurait donc en fait aucun effet bénéfique pour la santé. Une croyance populaire s’effondre…

Pourquoi ces études étaient-elles erronées ?

La plupart des recherches publiées sur la consommation d'alcool et la mortalité comparaient les buveurs modérés à ceux qui s'abstiennent complètement de boire.

Or, ces abstentionnistes de l’alcool comprenaient de très nombreuses personnes qui ne buvaient plus vu qu’elles étaient plus âgées et avaient des soucis de santé.

Dans ces études, les buveurs légers se retrouvent alors forcément en meilleure santé que les abstinents puisqu’on les compare à un grand nombre de personnes en mauvaise santé. Les données sont faussées…. Les chercheurs n'ont trouvé que 13 études sur 87 qui ont ajusté ces erreurs.

En conclusion

Le conseil de Tim Stockwell, un des chercheurs : "Si vous buvez un verre de vin par jour, cela ne va probablement pas vous faire beaucoup de mal. Faites-le pour le plaisir, mais ne vous rassurez pas en pensant que c'est bon pour votre santé".

Pour en savoir plus :

Sources :