Opération chirurgicale en vue ? Dites adieu au tabac

Une nouvelle étude montre que le fait d’arrêter de fumer réduit les complications après une opération et stimule la cicatrisation des plaies.

Ces résultats confirment ceux d’autres études qui ont mis en lumière les effets néfastes du tabagisme dans le cadre d’une intervention chirurgicale.

Quels sont ces risques ?

  • complications pulmonaires : elles peuvent être mineures (encombrement bronchique, infections...) mais aussi majeures (pneumopathie, détresse respiratoire aigüe, décès) ;
  • complications  cardiovasculaires (risque accru d’infarctus, d’AVC,…);
  • complications infectieuses: à cause des effets de la nicotine et du monoxyde de carbone, le tabac altère la cicatrisation des tissus. Vous pouvez donc souffrir de complications de cicatrisation, de risque de lâchage des sutures, de risque de retard de consolidation osseuse,...

Arrêter de fumer 6 à 8 semaines avant l’opération

Il est souhaitable d’arrêter le tabac le plus tôt possible avant une intervention.
Lorsque vous arrêtez 6 à 8 semaines avant l’intervention, cela entraîne une disparition des complications opératoires liées au tabac.
Un arrêt plus tardif (3 semaines avant l’intervention) apporte une réduction sensible de ces risques. Un arrêt, même 12 à 48 heures avant, est également bénéfique. Il permet une baisse du monoxyde de carbone circulant, donc une meilleure oxygénation.

Effets indésirables

  • Cependant, arrêter de fumer à une date trop proche de celle de l’intervention peut, malgré l’apport de multiples bénéfices, augmenter le risque de toux et d’expectorations.
  • Pour certains scientifiques, il est préférable de ne pas recourir à la varénicline (CHAM¬PIX) ou le bupropion (ZYBAN) 2 à 3 semaines avant l’opération, car ce délai est trop court pour gérer l’apparition d’éventuels effets secondaires. D’autant plus que ces effets indésirables risquent précisément de se produire après 10 à 15 jours, donc pendant la période opératoire.

Continuer après l’opération

L’arrêt du tabac est aussi important après l’opération, et ce au moins jusqu’à la fin de la cicatrisation de la peau (3 semaines après l’intervention) et éventuellement de la consolidation osseuse (3 mois après l’intervention).

Un bon moment pour en finir avec la cigarette

De manière générale, Une intervention chirurgicale est un bon moment pour arrêter de fumer. En effet, l’opération est la plupart du temps planifiée à l’avance, ce qui vous permet de vous préparer à votre arrêt tabagique.

Si vous êtes dans ce cas, contactez dès maintenant nos tabacologues pour planifier votre arrêt tabagique et recevoir un soutien. De plus, si vous réussissez à vous abstenir avant et après l’opération, vous serez en bonne voie pour arrêter totalement.

Sources: