Rémunérer les femmes enceintes pour qu’elles arrêtent de fumer, une méthode prometteuse

En France, 20% des femmes enceintes continuent de fumer durant leur grossesse et ce, malgré les risques bien connus pour le fœtus: fausses-couches, prématurité, retard de croissance in utero ou encore risque accru d’asthme,…

Pour enrayer ce phénomène, un projet pilote vient d’être lancé dans 16 maternités : donner 300€ de bons d’achat aux femmes enceintes pour les convaincre d’arrêter. Au total, 400 femmes enceintes seront suivies durant deux ans. Les médecins s’assureront de leur abstinence via des tests de contrôle biologiques.

Cette approche peut surprendre, mais elle a pour but d’encourager les personnes dépendantes, plutôt que de les culpabiliser. Selon des spécialistes en addiction, de nombreuses femmes enceintes continuent de fumer dans la honte et la culpabilité, malgré les avertissements de leurs médecins. Offrir des bons d’achats permet donc d’agir positivement en activant un processus de plaisir, la récompense servant de contre-poids au besoin ressenti.

Cette approche a bien entendu un coût, mais elle peut également générer des économies en termes de santé publique. En effet, elle peut permettre de diminuer le nombre de bébés ayant un faible poids de naissance ou de limiter les coûts liés à la prise en charge de bébés prématurés. «Le tabac est tellement toxique pour les bébés que tout investissement est utile à partir du moment où il démontre son efficacité», indique le médecin qui dirige l’étude financée par l’Institut national du cancer.

Dans d’autres pays, cette méthode a été testée, avec des résultats encourageants. C’est le cas de l’Écosse où les résultats d’une expérience similaire publiés en janvier 2015 sont clairs: 23% des femmes ayant reçu une incitation financière étaient parvenues à arrêter la cigarette contre 9% parmi celles qui n’avaient reçu aucune rétribution. Aux États-Unis, cette méthode est également testée depuis dix ans sur des personnes dépendantes à la cocaïne avec des résultats meilleurs que les autres thérapies.

http://www.liberation.fr/sciences/2016/05/10/et-si-on-payait-les-femmes-enceintes-pour-qu-elles-arretent-de-fumer_1451640