Rembourser un médicament seulement si le patient arrête de fumer ? Tabacstop rappelle que le tabac est une drogue !

L’espoir sera de courte durée pour les patients atteints d’une fibrose pulmonaire idiopathique. Le remboursement du nouveau médicament (Ofev), qui permet de ralentir l’évolution de la maladie, sera conditionné à l’arrêt tabagique.

La fibrose pulmonaire idiophathique est une maladie chronique, dévastatrice et mortelle, caractérisée par la dégradation progressive des fonctions pulmonaires. Environ 1.000 patients sont atteints de cette maladie en Belgique. S'ils ne permettent pas de guérir, ces médicaments permettent de freiner la maladie. Il est donc important de les donner au malade le plus tôt possible.

Tabacstop rappelle que l’arrêt tabagique est un processus long et que la nicotine présente dans la fumée du tabac est une drogue. Fumer n’est donc pas un caprice mais une dépendance. Selon l’enquête 2015 de la Fondation contre le cancer, 64% de fumeurs souhaitent arrêter de fumer et 72% regrettent d’avoir commencé. Mais, les fumeurs qui ont plus de difficultés à arrêter de fumer sont généralement de gros fumeurs issus de milieux socioéconomiques défavorisés. Les substituts de nicotine sont dès lors chers par rapport à leur budget car ils ont besoin de dosages importants, en lien avec leur consommation.

Tabacstop interpelle régulièrement les autorités sur l’importance de faciliter l’accès à une aide pour les fumeurs socio économiquement défavorisés. Une aide en terme d’accompagnement est déjà mise en place, mais une aide financière pour l’achat des substituts de nicotine fait défaut. Rappelons que le pourcentage de réussite de l’arrêt sans aide est d’environ 5%.