Se faire vacciner contre la nicotine : possible dans l’avenir ?

Les méthodes pour arrêter de fumer ne manquent pas. Malgré cela, la Belgique compte encore environ 23 % de fumeurs et le tabac tue chaque année 15.000 habitants dans notre pays (selon les résultats de la dernière Enquête de santé 2013). Des chercheurs du monde entier travaillent depuis plus de 10 ans sur une autre approche: le vaccin anti-nicotine. Le principe de ce vaccin est de neutraliser la nicotine dans le sang via le système immunitaire, avant qu’elle n’arrive au cerveau. La quantité de nicotine pénétrant dans le cerveau serait alors beaucoup plus faible, ce qui diminuerait la sensation de plaisir quand la personne fume.

Résultats encourageants

Des tests ont déjà été effectués avec des fumeurs n’ayant pas réussi à arrêter de fumer avec d’autres méthodes de sevrage. Ces tests étaient plutôt concluants pour l’arrêt du tabac, mais des effets secondaires (mêmes symptômes que la grippe) apparaissaient chez de nombreuses personnes après la vaccination. Des modifications ont donc été apportées au vaccin et les essais cliniques sont toujours en cours.

De nombreuses questions

Les derniers résultats obtenus sont encourageants mais il reste encore de nombreuses interrogations sur ces vaccins anti-nicotine. Tout d’abord sur les rappels nécessaires pour protéger contre la rechute. Aucune étude n’a été menée sur ces vaccins de rappel. Par ailleurs, les injections intramusculaires sont douloureuses, surtout si l’on doit en faire de façon régulière. D’autres questions se posent également:

  • Pourrait-on envisager de vacciner préventivement afin de ne pas devenir dépendant du tabac ?
  • Qu’en est-il du consentement ? Les parents pourraient-ils faire vacciner leurs enfants ou leurs adolescents sans leur autorisation afin qu’ils ne deviennent pas dépendants du tabac ?

Accompagnement psychologique

Le vaccin contre la nicotine semble donc une option possible dans la lutte contre le tabac, mais cela ne sera sûrement pas la seule réponse. D’autres recherches pharmacologiques sont d’ailleurs en cours et, dans tous les cas, les scientifiques sont d’accord pour dire que la solution pharmacologique n’est pas suffisante. Il convient d’y associer un accompagnement psychologique.

http://www.stop-tabac.ch/fr/vaccin-contre-la-nicotine - http://www.flair.be/fr/forme/374522/bientot-un-vaccin-pour-arreter-de-fumer