Logo

La cigarette cause-t-elle des dommages cérébraux persistants chez les adolescents ?

Une étude de l'Université Libre d'Amsterdam (Vrije Universiteit Amsterdam) a montré que le tabac entraîne des dommages persistants au cerveau des jeunes rats. La nicotine baisse leur capacité de concentration et augmente leur impulsivité. Ce qui peut également diminuer les capacités d'apprentissage. Elément inquiétant : ces dégâts sont irréversibles. Il est plausible que ces dommages se produisent aussi chez les jeunes.  

Sources :  De Volkskrant 21/02/11

Commentaire de la Fondation contre le Cancer

Il s'agit ici d'une étude menée sur des rats, mais l'effet sur l'être humain pourrait être semblable au vu des similarités entre notre cerveau et celui de ces animaux. Il est donc possible que commencer à fumer à un jeune age contribue au développement de problèmes d'attention et d'impulsivité tels que l' ADHD (trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité).

Il avait déjà été montré que fumer rend les jeunes plus exposés à la dépendance par la suite. Par contre, de tels dommages cérébraux ne se rencontrent pas dans un cerveau adulte exposé à la nicotine. Cela pourrait s'expliquer par le fait que le cerveau des adolescents est encore en développement, et donc plus vulnérable.

Lors d'un test de concentration à un âge plus avancé, les rats ayant reçu de la nicotine pendant leur puberté ont obtenu des résultats 5 à 10 % moins bons que les rats qui n'avaient pas été exposés.

La nicotine avait également rendu ces rats plus impulsifs. Par ailleurs, cette étude a  permis de découvrir que la nicotine dans le cerveau entraîne une diminution persistante d'une protéine spécifique, la mGluR2. Or, cette protéine se trouve dans la partie du cerveau qui régule l'attention et la concentration.

Les résultats de cette étude sont une raison de plus pour veiller à ce que les jeunes ne commencent pas à fumer, ou pour les encourager à arrêter le plus rapidement possible.