Logo

L'interdiction de fumer a des effets positifs

Les législations interdisant de fumer dans certains lieux ont un impact sur le nombre d'hospitalisations. Selon une étude concernant différents pays ayant légiféré en la matière, les hospitalisations pour certaines maladies y seraient  en baisse.

Des chercheurs américains ont mis en commun les résultats de 45 études évaluant les effets de 33 lois d’interdiction de fumer dans le monde. Comme on pouvait s’y attendre, les études ont montré que le nombre d'hospitalisations pour certaines pathologies dans des pays comme les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l'Allemagne ou  l'Uruguay ont considérablement diminués.

Globalement, ces mesures légales d’interdiction auraient permis de diminuer de 15 pour cent les hospitalisations pour crises cardiaques, de 16 pour cent pour les accidents vasculaires cérébraux et 24 pour cent pour les maladies respiratoires.

Les législations qui ont eu le plus d’impact concernaient les interdictions de fumer sur les lieux de travail, dans les restaurants et les bars.

D’autres études devraient être menées pour évaluer quant à elles l’impact de ces législations sur les enfants. On sait, par exemple, que la progéniture de rats qui ont été exposés à la fumée de tabac présentait des altérations de la fonction pulmonaire, alors que cette progéniture n’avait pas été exposée directement à la fumée.

EOS Wetenschap 30/10/2012