Non, la pollution de l’air n’est pas comparable au tabagisme !

  • Pollution et cigarette ne sont pas équivalentes.
  • Il vaut toujours la peine d’arrêter de fumer, même si vous vivez en ville.

Nous avons vu récemment dans la presse différents articles affirmant que « dans une grande ville européenne, respirer équivaut à fumer des cigarettes ». Selon l’ONG Transport et environnement : « dans les capitales européennes, la pollution de l'air est telle qu'y respirer l'air quelques jours équivaut à fumer entre 1 et 4 cigarettes. »

Pour arriver à ces résultats, l'organisme a comparé la contamination aux particules fines dans les 10 villes européennes les plus touristiques, et l'a convertie en nombre de cigarettes fumées. Le ratio a été déterminé par un institut américain, le Berkeley Earth : inspirer 22 microgrammes/m3 de particules fines aurait « les mêmes conséquences sur la santé que de fumer une cigarette. »

Il vaut toujours la peine d’arrêter de fumer, même si vous vivez en ville

Cette déclaration choc poursuit, certes, le but louable d’attirer l’attention sur la pollution de l’air dans les grandes villes européennes, mais elle peut être décourageante pour les personnes qui tentent d’arrêter de fumer pour améliorer leur santé.

Tabacstop tient donc à rappeler qu’arrêter de fumer apportera toujours un bénéfice pour la santé même si vous vivez en ville.

Pollution et cigarette ne sont pas équivalentes

De plus, selon le Dr Sean Semple de l’Institute for Social Marketing at the University of Stirling, la toxicité des particules de différentes sources n’est pas équivalente. Les particules émises par une cigarette seraient plus toxiques que celles que l’on retrouve dans la pollution de l’air. L’exposition à la pollution est par ailleurs répartie sur l’ensemble de la journée, tandis que fumer consiste à inhaler des concentrations très intenses sur de courtes périodes. Leur effet sur la santé ne devrait donc pas être comparé de façon aussi simpliste.