Cigarettes : les tests ne reflètent pas la réalité

  • Le CNCT français dépose à son tour une plainte.
  • Il dénonce une manipulation des marchands de tabac.
  • De minuscules trous dans les filtres faussent les tests.

Le Comité National Français contre le tabagisme (CNCT) a déposé une plainte pénale contre 4 filiales françaises de producteurs de tabac. Il emboîte ainsi le pas aux Pays-Bas, où des plaintes couraient déjà depuis 2016 contre les 4 principaux marchands de tabac. Le Ministère Public aux Pays-Bas a récemment rejeté la plainte. Les associations néerlandaises, qui tiennent à en faire une affaire criminelle, vont certainement faire appel.

En France comme aux Pays-Bas, elles reprochent principalement la manipulation délibérée des cigarettes, dont le filtre présente de minuscules orifices invisibles à l’œil nu.

Un taux maximum de substances nocives dans les cigarettes

Selon la Directive européenne sur les Produits du Tabac, la fumée de cigarette ne peut contenir que maximum 10 mg de goudron, 1 mg de nicotine et 10 mg de monoxyde de carbone, sinon le produit ne peut être mis en vente. Ces taux sont calculés avec la méthode ISO utilisant des machines à fumer. 

Cette méthode de mesure est-elle fiable

Cette méthode ISO n’est pas un moyen précis pour déterminer la quantité de goudrons, nicotine et monoxyde de carbone qu'un fumeur inhale réellement. Une des raisons à cela est que la fumée mesurée au moyen de cette méthode ISO est mélangée avec de l'air, aspiré par des petits orifices de ventilation dans le filtre de la cigarette.

Actuellement 97 % des cigarettes ont de tels orifices dans leur filtre. Avec ces petits trous, les concentrations de goudrons, nicotine et monoxyde de carbone sont diluées et des valeurs plus faibles sont mesurées par la machine à fumer.

Un fumeur n’est pas une machine

Lorsqu’ils fument, les fumeurs ne se comportent pas comme une machine : pour inhaler la quantité de nicotine désirée, ils bouchent ces orifices de ventilation, consciemment ou inconsciemment, avec leurs doigts et leur bouche. Ils inspirent aussi plus profondément, plus longtemps ou plus souvent.

Quels sont les risques pour les fumeurs ?

Les fumeurs sont donc exposés à des concentrations plus élevées de goudron et monoxyde de carbone que ce qui est mesuré et autorisé.

Ces substances sont toxiques, cancérigènes, tout comme bien d’autres substances contenues dans la fumée du tabac telles que l’acétaldéhyde, ou l’acroléine.

Les producteurs de cigarettes sont parfaitement au courant que les taux de goudrons, nicotine et monoxyde de carbone mesurés dans les tests sont bien inférieurs à ce que le fumeur inhale en consommant leurs produits. D’où le terme de « filtergate » employé par la CNCT.

Que contient la fumée du tabac ?