Idées fausses sur le tabagisme et la grossesse


Beaucoup d’idées fausses circulent encore sur les conséquences du tabagisme pendant la grossesse. Prenez le temps de les explorer pour mieux comprendre les enjeux.


Faux. Arrêter de fumer est toujours une excellente chose ! Même dans les derniers mois de la grossesse et après la naissance, le sevrage tabagique apporte tout de suite de nombreux avantages, pour vous comme pour bébé.


Faux. Le risque de complications à la naissance est élevé chez les fumeuses. En outre, un bébé qui pèse peu à la naissance est beaucoup plus fragile.


Faux. Le stress n’est évidemment pas bon, mais continuer à fumer causera bien plus de tort à votre bébé. Le stress lié au sevrage ne dure que quelque temps et dès que vous arrêtez de fumer, votre bébé reçoit immédiatement plus d’oxygène et de nutriments. En outre, l’arrêt du tabac aura un impact positif sur sa croissance. Prenez soin de vous et recherchez d’autres façons de vous détendre : faites des exercices de respiration, promenez-vous, téléphonez à quelqu’un …


Faux. Le bébé est exposé in utero aux substances nocives via le sang et le placenta. Et ces substances nuisent vraiment à sa santé.


Attention, chaque grossesse est différente. Les conséquences du tabagisme pendant la grossesse, par exemple des problèmes respiratoires et un TDAH, se manifestent parfois plus tard.


L'utilisation des substituts nicotiniques est autorisée pendant la grossesse. La nicotine n'est pas totalement inoffensive, mais ce sont surtout les autres substances contenues dans la fumée de cigarette qui sont nocives pour la mère et l'enfant à naître, comme le goudron et le monoxyde de carbone. Les substituts nicotiniques ne contiennent pas les 1.000 produits chimiques nocifs que vous auriez ingérés avec la fumée de cigarette. Les avantages de l'arrêt du tabac grâce aux substituts nicotiniques sont bien plus importants que la poursuite du tabagisme.


Même si certaines femmes font le choix de moins fumer pendant la grossesse, toute cigarette est nocive pour le fœtus. Les effets d'une diminution de la consommation de tabac sont souvent surestimés. Les risques sont peut-être moindres, mais ils sont toujours là.
Si vous fumez moins, le corps continuera tout de même à réclamer de la nicotine. Le fumeur compense alors parfois en inhalant plus profondément la fumée. Par conséquent, les substances dangereuses pénètrent plus profondément dans les poumons.
Diminuer la cigarette progressivement peut s’annoncer plus difficile car pour chaque cigarette, vous devez décider si vous allez la fumer ou non. Lorsque vous arrêtez définitivement, vous n'avez à prendre cette décision qu'une seule fois. C’est pourquoi fumer moins n'est pas viable à long terme pour de nombreux fumeurs.